La Grande Célébration des 25 ans de Disneyland Paris

1992 – 2017 : 25 années où Disneyland Paris s’est implanté dans le paysage culturel français, à la plus grande joie de certains, avec l’arrivée de la magie Disney en France et en Europe, ou au plus grand désespoir d’autres, voyant le capitalisme américain s’imposer dans l’hexagone.

Le 12 avril 1992, Michael Eisner déclarait « Euro Disney officiellement ouvert« . Naturellement, le 12 avril 2017, le complexe se devait de fêter l’événement en grandes pompes.

Disneyland Park a donc proposé, dès 9 heures du matin, un spectacle impressionnant et conséquent, pour partager ce quart de siècle Disney.

La célébration débute par une annonce en fanfare du thème Everyday’s a celebration, composé spécialement pour l’occasion par Scott Erickson, qui s’est chargé de toute la musique du spectacle, supervisé par Vasile Sirli. Pendant ce temps, les trois fées de Sleeping Beauty préparent les festivités.

Le départ est annoncé par une version de Be Our Guest, transcrit pour un orgue de barbarie. Une double référence, rappelant au visiteur qu’il est un invité, mais aussi au parc Tivoli et au carrousel, attraction préférée de Walt Disney, avant de revenir vers Everyday’s a celebration, et la phrase mondialement connue de Walt Disney « To all who come to this happy place, welcome », et une présentation des idées du producteur par une voix-off, pendant que le premier flot de personnages, composé de Mickey et ses amis, se préparent devant le château de la Belle au bois dormant. Cette musique d’introduction se finit par deux petites évocations de Zip-a-dee-doh-dah et Quand on prie la bonne étoile. C’est l’une des seules interventions de la chanson de Pinocchio pour les festivités du 25e anniversaire, elle n’apparait ni Mickey présente : Joyeux anniversaire Disneyland Paris et Disney Stars on Parade.

On peut souligner que le tout premier visuel de la parade est musical : il s’agit d’une petite fanfare d’une dizaine de musiciens. Cet élément renforce le fait que la musique est l’un des fondements de l’univers Disney, films et parcs confondus. On peut regretter par contre que les musiciens ne sont justes que des performers ne jouant pas, contrairement aux festivités de 2007 par exemple. La musique fait référence à Mickey tout au long de sa boucle, grâce à la référence de Mickey Mouse March, mais aussi à sa musique à la mélodie insouciante, des paroles fédératrices, et son orchestration proche de la fanfare. Le moment se finit avec la chanson conductrice du spectacle, où chacun des personnages souhaite un joyeux anniversaire au parc et Mickey raconte l’histoire du parc accompagné de la mélodie de It’s a small world. On retrouve dans ce spectacle le style de musique et de costumes du spectacle C’est magique, le spectacle présenté au début du parc.

La seconde partie du spectacle met à l’honneur Main Street, avec la mélodie I’m walking right down in Main Street USA, le célèbre ragtime Disney. Ce sont différents personnages, que l’on retrouve dans un style victorien dans leurs productions respectives, qui se présentent devant le guest : les chatons des Aristochats, Olaf et ses mouettes, ainsi que Mary Poppins et Bert avec leurs serveurs manchots. Une deuxième chanson, toujours dans le style du ragtime et de I’m walking right down in Main Street USA conclut la boucle. Ce style jazz est l’élément le plus marquant de la boucle.

Le spectacle s’enchaîne avec le land de Frontierland, et ses esprits du Far West, amérindien, mexicain et dans le style des ranchs du Texas, où l’on aperçoit les personnages de Pocahontas, Toy Story, Melodie du Sud et Les trois cabelleros, le tout sur la mélodie Back in the Saddle Again, déjà présente dans C’est magique, et une mélodie dans le style de cette musique. Il ne faut pas non plus oublier que chaque land n’est pas construit autour de dessins animés, mais aussi autour d’attractions originales. C’est pour ça que les quatre premiers accords de Grim Grinning Ghosts hypnotisent les performers sur scène, avant d’être réveillé par l’entrainant Zip a dee-doh-dah. Le moment se finit sur le retour de la musique décrivant Frontierland.

Des percussions résonnent et permettent la transition avec le moment suivant. Rappelant brièvement le Jungle Drums de Bechett, utilisé dans la Parade Disney en 1992, et dans la Disney Stars on Parade en 2017, la séquence s’ouvre sur Être un homme comme vous, puis Yo-ho (a pirate’s life for me). Tarzan et Jane se présentent sur Trashin’ the camp, le moment jazz du long métrage Tarzan, puis King Louie et Baloo sur Il en faut peu pour être heureux, Rafiki et Timon sur Je voudrais déjà être roi, Aladdin, Jasmine et le sultan avec Je Vole, et pour conclure Jack Sparrow et Angelica sur He’s a pirate. Pour finir, le tableau sur conclut sur une chanson originale rendant hommage à Adventureland et aux personnages présentés.

On quitte l’exotisme vers le monde des visionnaires, tels que H.G Wells ou Jules Verne. La musique initale est un thème déjà utilisé en 1992 dans C’est magique. Le moment musical le plus nostalgique de ce tableau est l’utilisation du thème initiale de Space Mountain, de la Terre à la Lune, attraction qui est le symbole du land, mais surtout qui a marqué les esprits, grâce à son histoire inspiré du roman de Jules Verne, en présentant Milo Tatch et Kida, avant de proposer un arrangement de la chanson aux couleurs hawaïennes de Lilo et Stitch, Hawaiian Roller Coaster Ride avec les différentes expériences, avant de proposer la musique de La planète au trésor et les personnages de Jim Hawking et B.E.N. Le tableau se conclut de la manière que les autres tableaux, avec une musique originale, inspirée de C’est Magique, sur le land de Discoveryland.

Puis est présenté Fantasyland, avec en ouverture la chanson Bibbidi-Bobbidi-Boo. S’en suit la présentation Pinocchio et Jiminy Cricket et Il faut savoir briser ses liens, Alice, le Chapelier Fou, le Lièvre de Mars et le Chat de Cheshire sur Joyeux non-anniversaire, Blanche Neige et les sept nains et Heigh-Ho, et pour conclure Peter Pan et Wendy sur les chansons On s’envole et La deuxième petite étoile. Le show musical se termine sur un hommage pour Fantasyland, grâce à des mélodies légères et insouciantes, sur le thème des rêves et des contes de fées.

S’en suit le tableau le plus en rapport avec le parc, mais surtout avec la toile de fond de la scène sur laquelle se déroule le spectacle : on annonce la Princesse Aurore et le Prince Philippe grâce à la chanson Vive la Princesse Aurore, accompagnés des trois fées, de gens de la cour et des gardes du château. Après avoir souhaité un bon anniversaire au parc ainsi que le bonheur et la prospérité, le bal commence sur la chanson J’en ai rêvé.

Le spectacle se conclut ensuite avec la chanson It’s a small world, qui fige et synchronise tous les performers  présents depuis le début du spectacle, afin de les faire danser de façon mécanique, tels des poupées, pendant que le reste des personnages ayant faits les grandes heures de l’entreprise Disney et ne pouvant être casés dans les lands précédents, menés par Oswald, arrivent sur la scène. La musique régit chacun des groupes en fonction de l’orchestration de la chanson :  un rythme dixie pour Main Street et une orchestration du Far West pour Frontierland.

A partir de ce moment, un hommage à toutes les parades créées à Disneyland Paris est réalisé. On y entend, tour à tour, C’est l’année de toutes les fêtes, Baroque Hoedown de la Main Street Electrical Parade, la chanson du 10e anniversaire, Just like we dreamed it avec à la trompette Dancin’ a catchy rythm, Fantillusion Theme avec Magic Everywhere. Ce medley se ferme avec Dancin’ a catchy rythm et All around the World, pendant que Mickey et ses amis remontent Main Street en tricycle.

Le tableau se finit sur les deux chansons phares de l’entreprise Disney, Zip a dee-doh-dah et When you wish upon a star, qui proposent un final grandiose et impressionnant avec chacun des performers ayant participé au spectacle.

Le spectacle se finit à la suite du discours de la présidente de Disneyland Paris, une interprétation de Everyday’s a celebration par un couple de chanteurs et au flashmob des cast members, les employés Disney.

Le spectacle est un hommage de 45 minutes à 25 ans de magie, spectacles ou attractions de Disneyland Paris, mais aussi aux productions des studios Disney-Pixar. On fait aussi un cadeau à tous ceux qui ont connu le parc à un ou plusieurs moments de son existence, en proposant des chansons nostalgiques, tels que les musiques de parade ou celle du Space Mountain.

Le plus bel hommage est de proposer un parallèle avec C’est Magique : en effet, quoi de mieux que dans son ensemble (musique, décor, thèmes et costumes) l’un des tous premiers spectacles qui ont fait les beaux jours du parc.

Les images sont tirés des captures d’écran de la vidéo ci-dessus.

Source : chaîne Youtube de Disneyland Paris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s