Pourquoi j’ai fait le choix de travailler sur la musique de Disneyland Paris durant mon Master !?

De septembre 2015 à juillet 2018, durant 3 années universitaires (et non 2 comme prévues pour ce diplôme), j’ai réalisé un mémoire de recherche sur la musique Disney, avec une spécialisation sur la musique du Disneyland Park, le Magic Kingdom français.

Dans cet article, j’expliquerai et raconterai l’avant-mémoire, le pendant-mémoire, et l’après-mémoire, avec les facilités et difficultés de réalisations, et surtout l’apport personnel et professionnel de ces 3 années.

La première photo en date durant la réalisation du mémoire. (29/12/2015)

Tout n’a pas commencé à la rentrée 2015, lors de la réunion de pré-rentrée, où les étudiants sont sondés. Cela faisait un an ou deux que je réfléchissais à faire un mémoire sur les musiques d’une période ou d’un événement de Disney.

Pourquoi Disney déjà ? Par affinité et par nostalgie. Né en 1995, en plein durant le Second Âge d’Or (le 3e selon d’autres, mais là n’est pas le débat), j’ai grandi avec l’univers Disney : mon année de naissance signifie en France le succès du Roi Lion (sorti fin 1994) et aux Etats-Unis celui de Pocahontas (succès artistique, mais beaucoup moins commercial). Déjà, ça doit être de là que vient mon amour impossible pour le dessin animé Pocahontas et son héroïne. Ma première de ma longue liste de visite remonte quant à elle au 18 décembre 1998 (j’avais fait un article pour parler de la première musique qui m’avait marqué Dancin’ (a catchy rythm)). Depuis ce jour, mes visites ne se sont donc jamais arrêtées, autant avec mes parents, qu’avec mes amis et ma chère et tendre (on peut encore lui souhaiter du courage de me supporter).

Ensuite, j’ai un faible pour la musique de films, avec une préférence pour Alan Menken et Hans Zimmer. Je suis saxophoniste et joue beaucoup dans les orchestres d’Harmonie, type d’ensemble qui interprète énormément de musiques de films, naturellement, ce sont les musiques Disney qui arrivent devant les musiciens ! En parlant de saxophone et de Disney, j’ai même réalisé en décembre 2017 cet arrangement de cette musique qui tient à coeur beaucoup de fans de Disneyland Paris.

J’ai commencé à réfléchir à mon orientation post-licence au second semestre de ma deuxième année, là où il ne reste plus qu’un an et demi avant la fin d’un nouveau diplôme : j’avais le choix entre quitter Reims et tout ce qui m’avait permis d’avancer (le saxophone au Conservatoire, l’orchestre, ma vie que je commençais à construire) et faire un Master Enseignement (et devenir prof à 21 ans) ou rester à Reims (et garder tout ce que j’énonçais avant) et faire un Master Recherche, master qui permet de faire quelque chose de très musical, loin des textes de l’Education Nationale et de l’image que je me faisais du métier d’enseignant (image qui a quand même évoluée en positif, même si c’est loin de ce que j’ai fait en recherche).

Je m’étais décidé à faire ce Master Recherche, que je voyais comme quelque chose d’épanouissant (et qui l’était), et initialement sur la musique du 2nd Âge d’Or, Alan Menken, le lien avec la Comédie Musicale et surtout la musique de Pocahontas (vous voyez le lien avec ma naissance).

A partir de là, j’ai fait mes recherches sur Alan Menken, une écoute intensive de la musique du compositeur, une bibliographie sur Disney (et la musique Disney, ce qui est plus difficile) ou encore recensé les sites qui pouvaient être intéressant (c’est comme que j’ai découvert Chronique Disney !). A noter que les 3 premiers livres que j’ai acheté (et dévoré !) sont les Entretiens avec un Empire, surtout le premier et les interviews d’Alan Menken et de Hans Zimmer !

Caverne d’Ali Baba des livres Disney !

J’ai donc commencé dès septembre 2015 à travailler sur la musique d’Alan Menken, sujet que j’ai eu du mal à crédibiliser auprès de mon directeur de recherche (c’était mon ressenti). Là où tout a basculé, c’est en janvier 2016 : mon directeur m’a demandé de travailler sur la manière que Disney poussait à la consommation grâce à la musique, c’est à ce moment que ça m’a paru intéressant de rencontrer quelqu’un qui m’a bercé toute mon enfance et qui me paraissait inaccessible : Vasile Sirli ! Rencontrer cette personne, c’est comme si une Directionners de 15 ans rencontrait Zayn Malik (rassurez-vous, j’ai été chercher le nom sur Internet…).

Ces 2h30 passées avec lui étaient très importantes : c’était ma première interview (bon, j’avoue que maintenant, je ferai mieux…), des questions qui étaient primordiales pour ce mémoire (je savais des choses, je les avais analysées, mais est-ce que je n’extrapolais pas, est-ce que je n’étais pas à coté de la plaque ?). Vasile Sirli est une personne que j’aurai aimé revoir (ou rien qu’avoir un contact) afin de le remercier et surtout parler musique. Car le plus dur avec ce genre de sujet (comme tous les sujets au final), c’est d’aller toujours plus loin que le sujet. C’est peut-être que je ne trouve pas cette interview assez bonne : je me suis bloqué à Disney, son travail dedans et n’ai pas su profiter de ses anecdotes extra-Disney. Par contre, je ne peux que le remercier de m’avoir fait rencontrer Jérémie Noyer, un puits de connaissances sur l’univers Disney, intéressant et intéressé, et d’une gentillesse incroyable que je ne peux que remercier, autant pour ce qu’il m’a appris sur la firme aux grandes oreilles, comme sur le soutien durant la rédaction du mémoire !

Suite à cette interview, et de longues discussions avec mon directeur de recherche, le sujet Musique à Disneyland Paris a, au final, autant d’importance que Musique du 2nd Âge d’Or Disney (sujet travaillé en ce moment par Siba Sousou au Centre de Recherche Universitaire Lorrain d’Histoire). C’est en avril 2016 que j’ai donc changé de sujet, en même que m’être préparé au CAPES d’Education Musicale (que j’ai raté !).

2016 : rencontre entre deux ânes !

La deuxième année a été la plus compliquée durant ce mémoire : je travaillais en même temps, j’avais l’échec du CAPES derrière moi, le moral au plus bas, et clairement, la productivité était absente ! J’avais la sensation que mon travail n’avançait pas, ou plutôt avançait dans le vide (même si j’avais beaucoup analysé de musiques…). Aussi, je ne me sentais pas soutenu, et c’est à ce moment que j’ai compris comment travailler seul pour avancer ! C’est à ce moment aussi que j’ai compris comment gérer mes visites dans les parcs entre travail pour le mémoire et l’amusement. Je pensais pouvoir faire les deux en même-temps, mais vous avez déjà essayé de vous amuser en vous concentrant sur quelque chose de sérieux ? C’est clairement impossible !

Profitez de It’s a Small World et la richesse artistique tout en vous concentrant sur l’accompagnement des cornemuses dans la section irlandaise ! Courage !

Ce qui a été aussi démotivant pour le mémoire, mais réjouissant de la part du passionné que je suis, c’est que le parc était dans une période d’évolution constante : 2016-2017, c’est une nouvelle parade, un nouveau show nocturne, des rénovations et évolutions à tout va ! Pour l’anecdote, j’ai fini ma partie sur la musique d’ambiance autour de Pirates of the Caribbean à la mi-juin 2017, mis au propre et envoyé à mon directeur de recherche aux alentours du 10 juillet 2017, 4 jours avant la réouverture de l’attraction, et donc l’arrivée de la musique de Zimmer en ambiance. J’ai du tout changer… Mais c’est l’avantage de la recherche, C’EST EN PERPETUELLE EVOLUTION !

Aussi, le problème de communication avec Disney a été un problème majeur : j’ai beaucoup attendu des réponses qui ne sont jamais venues de la part de Disney (en même temps, je ne suis rien face à cette entreprise). J’ai mis beaucoup de temps avant de réagir et surtout à faire autrement ! J’ai, par exemple, rencontré Robert Fienga grâce à son site personnel, et c’est lui qui a fait les démarches pour que se déroule l’interview ! Cette rencontre, c’est la continuité de celle de Vasile Sirli : au lieu d’un échange magistral, où il parle et je l’écoute sagement, c’était ici un véritable échange entre nous, où je parlais en tant que spécialiste du sujet et lui en tant qu’un des créatifs des débuts des parcs ! On a parlé Disney, Orchestration, Culture… J’en suis ressorti grandi, et il m’a permis d’évoluer dans bien des domaines, comme l’arrangement !

Photo prise le 8 mars 2018, le jour de ma rencontre avec Robert Fienga

Les réseaux sociaux m’ont aussi aidé pour trouver les bonnes infos ou parler avec les bonnes personnes : c’est grâce à eux que j’ai passé 1 heure avec Sébastien Durand, qui m’a fait un historique analytique de la pensée et la conception de Disneyland par Walt Disney ! L’accessibilité des sources étaient donc un problème majeur : par contre, il est très difficile de trouver les musiques de manière légale et passer des heures sur un banc, à shazamer les musiques d’ambiance et voir leur ordre, ou encore écouter des bouts de boucles dans les attraction n’étaient pas possible ! Ceux qui fraudent Disney en publiant les musiques sur Youtube ou sur les parcs m’ont beaucoup aidé !

L’après-mémoire est la suite de l’épanouissement des 3 années de recherches et d’écriture ! Il m’a permis de prendre plus d’assurance sur le sujet Disney, de créer un site internet, de rencontrer et de discuter avec beaucoup de personnes qui ne sont pas prises de tête (les gars de Rien Que D’Y Penser et leur podcast de qualité par exemple !).

J’entends encore mon directeur de recherche me dire, après 35 minutes de soutenance (au lieu de 20) que je suis un spécialiste sur le sujet. C’est la meilleure des récompenses après un Master laborieux !

Mais je ne suis pas le gars incollable sur le sujet, je ne le serai jamais ou je ne verrais plus l’intérêt de continuer. La recherche sur la musique à Disneyland Paris est un sujet en perpétuel évolution, encore plus avec l’extension des futures années et la création des futures productions Disney.

Ca faisait un bail que je voulais écrire sur ce parcours, de manière plus libre, pour dire que ce n’est pas parce que c’est Disney (et donc une entreprise dont le but est de divertir pour faire de l’argent, un peu comme tout divertissement au final), qu’il faut y croire, et pour vous remercier de me suivre depuis un peu plus d’un an sur Musicland !

L’une de mes dernières photos en date (août 2019)

L’article sur « Une Attraction peut-elle considérer comme une oeuvre d’art ? » continue d’avancer, mais priorité à mon année de stage dans l’Education Nationale pour le moment ! Je ne perds pas non plus espoir, j’espère que je continuerais sur le sujet avec une thèse !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s