Frozen II : une musique dans un autre monde !

Au mois de novembre 2019, les Walt Disney Studios ont sorti leur dernière production, qui faisait au suite au plus gros succès des Studios aux grandes oreilles. Frozen II était le dessin animé attendu, autant des fans et passionnés que du public familial, une des cibles principales.

Le dessin animé est une réussite assez extraordinaire, surpassant le premier volet, autant sur le point de vue narratif, animé et musical ! Je ne m’attarderai pas sur les deux premiers points, mais je vous renvoie vers le podcast de Rien Que d’Y Penser, qui l’a fait beaucoup mieux que moi je ne l’aurai fait (et pour écouter les écouter, c’est ici : https://rienquedypenser.com/index.php/2019/12/05/59-la-reine-des-neiges-2-lae-nouvelle-eau-attracstacle-frozen-de-disneyland-paris-point-pognon/).

L’article se concentrera sur l’aspect musical, et surtout les chansons, d’une qualité largement supérieure au premier volet. L’article ne parlera pas des chansons coupées ni des versions du générique.

Frozen II est toujours réalisé par Chris Buck et Jennifer Lee, sur un scénario de cette dernière. Le couple formé de Robert Lopez et Kristen Anderson-Lopez signe de nouveau les chansons, tandis que Christophe Beck a rempilé pour les instrumentales du dessin animé.

Avant de passer au cas par cas, on peut constater que les chansons ont gagné en maturité, sans qu’un quelconque tube ne débarque comme un OVNI. Ici, les chansons ne se valent pas toutes, importance scénaristique oblige, mais elles sont toutes très bien écrites. La mention spéciale ira pour moi à Lost in the Woods, qui m’a tant fait rire avec mon œil adulte !

All is found (La Berceuse d’Atohallan)

Il s’agit d’une berceuse comme on les trouve dans les dessins animés Disney/Pixar en ce moment (L’incantation de la Guérison, Ne m’oublie pas, Je rêve d’une histoire sans fin…). On retrouve une atmosphère intimiste, calme, accompagné par une simple guitare, qui annonce ce qui va être la quête du dessin animé.

Avis : ce n’est pas la chanson qui va rester en tête, elle fait son travail, mais n’est pas non plus la plus remarquable dans le film.

Some things never change (Point d’avenir sans nous)

Si on vient à comparer avec le premier film (et on peut se le permettre parfois), c’est For the First in Forever v.2. Elle permet de remettre dans un contexte spatio-temporel le dessin animé, et de réintroduire chacun des personnages. Dans sa structure, on a une forme couplet-refrain, avec une petite ballade pop, légère et qui permet de faire avancer l’histoire : c’est la chanson de la vie à Arendelle ! Ainsi, on en apprend sur la vie à Arendelle. Là où la chanson se ressemble sur la structure, c’est que l’ambiance change pour devenir plus intrigante, avec des notes tenues lorsqu’Elsa exprime ses sentiments, tout comme dans le Renouveau !

Le texte français, fidèle au texte anglais, est ainsi bourré de références au premier volet et annonciateur de la suite :

  • « Le vent qui se lève et vient du nord » peut rappeler la montagne du nord, lieu symbolique du film de 2013, mais aussi le vent du nord, amenant la voix qui obstine Elsa.
  • Cette phrase en contradiction avec « Tous les nuages du passé sont partis sans un bruit ! » et « Comme un mur de pierre résiste à l’hiver » et les ennuis qu’a connu Arendelle 3 ans plus tôt.
  • « C’est toujours ta main dans la mienne » montre que le Royaume d’Arendelle ne sera plus jamais tourmenté.
  • Les strophes de Kristoff ne sont qu’annonciateurs des péripéties de demandes en mariage !
  • La partie plus mystérieuse d’Elsa montre la peur qu’elle a de ne pas se contrôler et d’être dominée par ses pouvoirs.
  • La fin ne permet que de conclure la chanson et faire la transition avec la suite du dessin animé.

Mon avis : c’est dommage qu’elle n’apparaisse pas plus souvent car elle est sympathique et entrainante. Cependant, il aurait plus compliqué de la faire apparaître dans d’autres situations. C’est pour cela qu’on ne la retrouve que lors de l’épilogue où tout Arendelle a retrouvé sa sérénité initiale. D’un point de vue d’écriture, on retrouve des éléments que l’on retrouvait déjà dans les chansons du 1er volet,

In to the Unknown (Dans un autre monde)

Avant de parler cette chanson qui a été vendue comme la successeur, je vous propose cette vidéo avec les réalisateurs du dessin animé, où ils parlent de l’évolution des personnages et du choix des chansons.

Il s’agit donc de l’une des chansons d’Elsa, celle qui est l’élément déclencheur des péripéties du film. Elle est introduite avec finesse, avec la vocalise, qui est le fil rouge du dessin animé. Son début rappelle les chansons POP, comme Let It Go, mais devient plus majestueuse et épique au fur et à mesure, les harmonies et l’orchestration aidant beaucoup.

La chanson évolue vraiment en fonction de l’image et de l’histoire, telle une chanson de comédie musicale.

Mon avis : ce n’est pas la chanson pour laquelle j’ai le plus accroché, mais il faut avouer qu’elle est un élément moteur pour le dessin animé, surtout pour le tournant qu’elle provoque dans la narration.

When I am Older (Quand je serai plus grand)

Il s’agit de la chanson d’Olaf, celle obligatoire, afin de garder le même rythme que dans le premier volet. Elle a une morale sympathique, pour faire prendre confiance en soi, pourtant ce n’est qu’un simple tableau sans grand intérêt scénaristique.

Mon avis : on garde le style que En été, mais on utilise des accords souvent diminués, afin de renforcer le stress d’Olaf, mais son envie de mûrir.

Lost in the Woods (J’ai perdu le Nord)

La grande surprimusicale de ce dessin animé ! La chanson est un hommage aux succès des ballades pop-rock des années 80, chansons conséquentes et très travaillées. Ici, c’est le groupe Queen qui est clairement cité. L’idée de scénariser un concert pour exprimer ses sentiments est dans le style du groupe anglais, sans compter les têtes autour de Kristoff rappelant l’introduction de Bohemian Rhapsody ! Jonathan Groff, avec son passé d’acteur et chanteur, a su interpréter cette chanson avec l’humour et le sérieux qu’elle demandait !

Mon avis : c’est hilarant ! On a de la peine pour le personnage, mais la mise en scène est très drôle ! Toutes les références culturelles sont très bien amenées et m’ont beaucoup plus ! Le seul point faible concerne la VF, la chanson n’est pas une ballade pop des années 80 mais une chanson de boys band des années 90.

Show Yourself (Je te cherche)

Cette chanson est dans le pure tradition de la comédie musicale montrant le tournant du personnage d’Elsa, conclusion de la quête (mais non pas du véritable problème) et de la voix du nord ! Au début calme, avec une Elsa hésitante, qui veut encore se découvrir, jusqu’à la prise de conscience, le vrai discours de la voix plus lyrique et la nouvelle Elsa qui devient majestueuse ! C’est la grande chanson du dessin-animé, à la manière de Let It Go qui montre une Elsa qui se sent libérée pour ses pouvoirs, ici elle est libérée de son passé tumultueux ! La chanson n’est donc pas en parallèle avec In to the Unknown mais avec Let It Go ! La boucle est bouclée !

Mon avis : cette chanson est fabuleuse, dans son écriture, son orchestration, son message et son idée narrative !

The Next Right Thing (Tour réparer)

Dernière chanson du dessin animé, il s’agit quand à elle de la chanson qui conclut les tourments et l’évolution d’Anna. Ici, elle veut résoudre le passé d’Arendelle et le mal fait au peuple de Northuldra. Mais au final, elle résout aussi son enfance compliqué avec Elsa et ses pouvoirs. La chanson est donc en parallèle avec Do you want to built a Snowman ?. Toute proportion gardée, dans son calme, son écriture, on peut la comparer à I dreamed a dream.

Mon avis : elle a tout son intérêt dans le dessin animé, seulement, la chanson ne peut pas faire le poids face à Show yourself, et c’est dommage, Frozen ce n’est pas qu’Elsa mais Elsa et Anna.